La problématique du développement de l’Afrique

Edito

La problématique du développement de l’Afrique

Le développement de l’Afrique partant de sa classe moyenne ou encore l’émergence des Petites et Moyennes Entreprises, s’il faut tabler, le développement du continent noir partant de l’éducation dispensée, peu de pays répondent aux enseignements de qualité, celles répondant aux normes internationales. Par ailleurs, dans beaucoup de pays africains, à l’instar de la RDC, les enseignements théoriques ne favorisent pas la pratique pour lancer sur le marché des personnes compétitives répondant aux besoins du marché. Il y a donc lieu de travailler avec beaucoup pour que l’enseignement au niveau supérieur et universitaire cesse d’être juste théorique, pour devenir pratique.

Autre obstacle pour l’émergence de la classe moyenne est l’accès au crédit. Les banques commerciales installées en RDC, principalement n’arrivent pas à offrir les possibilités meilleures d’accès aux crédits aux opérateurs économiques d’un niveau moyen. Plusieurs critères concourent à mettre hors d’accès, beaucoup d’opérateurs congolais. Ici, l’Etat devait avoir une politique claire pour donner accès au crédit. Par ailleurs, au niveau bilatéral, régional, africain et ou international, les pays africains doivent encore fournir beaucoup d’efforts. Prenant l’exemple de Kinshasa et Brazzaville, dans ces deux capitales les plus rapprochées du monde, la circulation des biens et des personnes continuent à poser problème. Pour traverser d’une rive à l’autre, il y a beaucoup de formalités qui freinent la bonne circulation des biens et personnes. Les accords de jumelage sont restés dans les tiroirs. Pourtant, le développement touristique pour les deux villes devait connaître un essor sans précédent. Même chose au niveau de la CEEAC et même au niveau du continent, avec un pour cent de la part du commerce mondial. Exportatrice des matières premières, l’Afrique reste et restera encore longtemps la pourvoyeuse des matières premières aux autres continents.

Par conséquent, l’émergence de son économie et de sa classe moyenne est tributaire de la capacité des dirigeants africains à surmonter les nombreux défis. Vision claire, bon leadership tourné vers l’intérêt supérieur du continent serait un bon départ.


Copyright © 2013 groupe La Référence · tous droits réservés